Problématique de la gestion foncière

Les ministres Me Bathily et Me Konaté décidés à mener des vigoureuses actions.Les ministres Me Mohamed Ali Bathily (Domaines de l’Etat et des affaires foncières) et Me Mamadou Ismaël Konaté (Justice et droits de l’homme, garde des sceaux) sont décidés à collaborer pour faire face à la problématique de la gestion foncière dans notre pays. En effet, leurs départements sont les plus concernés par les nombreux litiges et conflits liés au foncier.

C’est pourquoi, ces deux membres du gouvernement se sont rencontrés au mois d’août dernier pour une séance de travail autour de cette question cruciale qui est une préoccupation majeure du moment.

Au cours de cette rencontre, en présence des membres de leurs cabinets et des principaux responsables des services techniques du secteur, les deux chefs de départements ont souligné “l’impérieuse nécessité de mettre en place un cadre de concertation et d’actions concrètes pour une meilleure prise en charge des dossiers et procédures relatifs aux litiges et contentieux du domaine foncier”.

A l’issue de cette rencontre, “les deux ministres ont instruit aux responsables de leurs services techniques de préparer des visites conjointes sur les différents sites sur lesquels les problèmes se posent avec acuité. Dans cette perspective, de vigoureuses actions seront conjointement menées par les deux départements afin d’aboutir à des solutions appropriées permettant de sauvegarder la cohésion et la paix sociale” conclu le communiqué issu de la rencontre.

Me Mohamed Ali Bathily et Me Mamadou Ismaël Konaté sont disposés pour poursuivre la concertation sur la question.

Lors de sa rencontre avec les PTF, le vendredi dernier, le ministre de la Justice a évoqué cette problématique de la gestion foncière qui est, aujourd’hui, une épine dans le pied du gouvernement.

“Aujourd’hui nous somme en train de gérer les conséquences néfastes de la mauvaise gestion de la question domaniale et foncière pendant plusieurs années” a-t-il souligné. Avant d’assurer les partenaires que la question bénéficiera désormais d’une attention particulière.

   Youssouf CAMARA